Le chemin de l’école partie 15

Le chemin de l’école partie 15
Je finis par trouver le sommeil vers deux heures du matin.

Quand le réveil sonne, j’ai beaucoup de mal à ouvrir les yeux. C’est avec difficulté que je sors de mon lit pour aller m’habiller.

Je vais à la cuisine prendre mon petit déjeuner. Je vérifie une dernière fois ne rien avoir oublié de mettre dans mon sac pour aller chez Thomas avant d’aller bosser.

A midi, je file aux toilettes échanger mon t-shirt, mon jeans et mes baskets contre un chemisier blanc, une jupe noire et des escarpins rouges. J’attends quelques minutes avant de quitter l’école, histoire d’être sûre que les enseignants soient partis et de ne pas être vue me diriger vers chez Thomas.

Je trouve la clef sur le rebord de fenêtre comme il me l’a indiqué. J’entre et pose mon sac dans l’entrée.

Je fais un petit tour au rez-de-chaussée pour découvrir les pièces. Je connais déjà la pièce à vivre avec son salon et sa cuisine. Je découvre une deuxième salle de bains, un petit bureau et la chambre de Mathieu.

Dans le salon, j’examine sa collection de dvds et de livres. Côté films, beaucoup de films d’horreur, d’action et de comédies. Et bien entendu des films jeunesse. Pour les bouquins, il semble avoir une préférence pour les polars.

J’ouvre ensuite le frigo à la recherche de quoi lui faire à manger pour quand il se lèvera. Je trouve une barquette de poulet, des poivrons et des tomates. Dans le placard, je trouve du lait de coco, du curry et du piment. Je coupe la viande et la fait revenir avant de rajouter les légumes coupés en julienne. Je laisse cuire puis ajoute le lait et les épices. Dans une casserole, je fais une casserole, je fais cuire du riz.

Il descend au moment où j’égoutte le riz. Il me dit salut et va s’asseoir sur l’une des chaises du bar sans même venir m’embrasser. Je ne m’attendais pas à ça… et ça me pince le coeur. Je ne m’attendais pas à ça non plus… je crois que je tiens à lui plus que je ne veux bien l’admettre.

– Tu te lèves juste à temps pour manger.

– J’ai pas faim…

– Si j’avais su… je pensais te faire plaisir. Mais bon c’est pas grave…

Je m’approche de lui mais il se recule un peu.

– Moi aussi si j’avais su y a des choses que je n’aurais pas faites…

– Tu veux dire quoi par là ? Que je devrais rentrer chez moi ? Si c’est ce que tu veux, je pars tout de suite…

– Ce que je veux c’est toi. Et si j’avais su que tu arrêterais tout une fois Romain rentré, je ne serais pas venu lundi. Je sais bien que tu veux pas le quitter et je veux bien être ton amant, mais je me suis attaché à toi et je ne veux ne plus te voir.

Il se lève et me prend dans ses bras :

– J’ai pas envie de ne plus pouvoir faire ça et sentir ton parfum. Pour moi ce n’est pas juste une histoire de cul. Et ça tu le savais dès le début aussi. Alors si tu veux vraiment pas qu’on continue, pars maintenant. J’ai pas envie de m’accrocher encore plus à toi et ne plus te voir ensuite.

Et il desserre son étreinte avant d’aller se faire couler un café.

Je reste un moment sans voix. Je n’attendais pas à ce qu’il me tienne ce discours. Mais il a raison, je savais de quoi il en retournait de son côté. Et je crois que les sentiments naissent en mon coeur aussi.

Ce qui me marque le plus, c’est que pour me garder, il accepte de me partager…

Au fond de moi, je n’ai pas envie de ne plus le voir. Il est vrai que je prends mon premier avec lui mais on a aussi de bons moments de complicité où parle de tout, on rigole tout le temps et j’aime bien être blottie contre, lui raconter ma journée et avoir des petites attentions pour lui. Comme un couple… mais vais-je être capable de mentir à Romain ?

Je prends la décision d’essayer. Je vais me placer derrière Thomas et passe mes mains sous ses bras pour aller les poser sur son torse nu. Je pose ma tête sur son dos.

– J’ai pas envie de partir. Moi aussi je m’attache à toi. Et Romain est souvent en déplacement, on devrait pouvoir s’arranger pour passer du temps ensemble. Et je suis sûre que Sandrine nous aidera, comme je l’ai fait pour elle par le passé…

En parlant de Sandrine, je ne sais pas si je dois aborder le sujet… j’ai un peu peur de sa réaction. J’en parlerai avec elle pour avoir son avis…

Il se tourne, passe un bras autour de ma taille et embrasse mes cheveux. Il pose sa tasse sur le bar et va remplir deux assiettes de viande et de riz.

– On va quand même faire honneur à ton plat. Ça sent bon.

– Merci, dis-je en m’asseyant. Je me suis permises de faire un tour du rez-de-chaussée. J’espère que tu ne m’en veux pas.

– Je t’avais dit de faire comme chez toi, t’inquiète.

On mange sans parler. Il finit par se lever et par dans le couloir qui dessert les pièces. Je suis un peu mal à l’aise. Je ne sais pas s’il fait encore la tête ou pas…

Il revient au salon, me prend par la main et m’emmène dans la salle de bains. Il a fait couler un bain et allumé quelques bougies. Il me fait m’arrêter devant la baignoire d’angle. Il retire mes escarpins, ouvre ma jupe qui glisse à mes pieds. Il me sourit en voulant mon porte-jartelle et mes bas. Il vient alors me chuchoter à l’oreille :

– Tu tiens beaucoup à ce chemisier ?

– Pas plus qu’à un autre…

Il tire alors sur le tissus et fais sauter les boutons. Je me retrouve en sous-vêtements roses devant lui. Il ne porte qu’un boxer sous un jeans qui lui tombe un peu sur les hanches laissant apparaître les muscles puissants de son torse.

– T’es vraiment une femme magnifique. La lingerie te va à merveille.

Je vois la bosse formée par sa queue gonfler son jeans.

– J’ai eu envie de toi toute la journée d’hier. Cette nuit, je n’avais qu’une envie, c’était de te rejoindre chez toi et te prendre en levrette, sentir ma queue en toi et te faire crier. T’es tellement bandante ma puce.

L’entendre me parler comme ça me fait mouiller.

Il me retire mes sous-vêtements et caresse mon corps, s’attardant sur mes seins et ma chatte.

– Entre dans l’eau ma puce.

Il retire son jeans et son boxer. Je mords ma lèvre inférieure de gourmandise en voyant sa queue ainsi dressée. J’ai envie de la prendre en bouche. Il s’assied dans l’eau et j’entreprends de lui faire une pipe sous-marine.

Pendant que je le suce, il enfonce ses doigts dans ma chatte et caresse mon clitoris.

Après quelques minutes, il me fait m’agenouiller au-dessus de lui.

– J’adore quand tu me suces mais j’ai envie de te baiser et t’entendre crier ton plaisir.

Je sens sa queue glisser en moi et je commence le va et vient. C’est si bon de le sentir me remplir. J’accélère mes mouvements et les mouvements de l’eau sur ma chatte défoncée par sa bite font monter en moi un plaisir divin.

De ses doigts, il pince mes tétons. J’adore ça ! Après plusieurs minutes, je vis un orgasme fantastique.

Il me fait descendre de sur lui et me demande de m’installer, les jambes écartés. A son tour, il fait disparaître son visage sous l’eau et vient manger mon sexe. Il se déchaîne sur ma chatte à coups de langues et de dents. Je jouis encore une fois. Il continue en ajoutant ses doigts et me les enfonce avec v******e jusqu’à me faire jouir à nouveau.

Il me demande alors de me mettre à quatre pattes et me baise en levrette, lâchant son sperme en moi en gémissant.

On finit de prendre notre bain blottis l’un contre l’autre.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir